dimanche 6 août 2017

Not just a pretty face, de Cécile Duquenne


Me revoilà avec le premier épisode de la saison deux des Foulards Rouges, de Cécile Duquenne, un épisode intitulé Not just a pretty face, en référence à Lara comme on s’en doute. On l’avait quittée en compagnie de Renaud et de tous les évadés de Bagne dans une situation plus que précaire, après que leur vaisseau se soit crashé sur la Terre. On la retrouve à peine quelques temps plus tard, lorsqu’elle reprend connaissance, et sa situation ne s’est pas tellement arrangée…

J’avais adoré la première saison et surtout l’atmosphère de Bagne : ces terres arides et désertiques où sévissaient les Foulards rouges, roses et noirs, savant mélange de western, de steampunk et de magie. J’attends donc beaucoup de la suite, et j’avoue que Cécile m’a fait terriblement peur au début de ce premier épisode. Le décor n’était plus le même, et je m’attendais donc à quelques bouleversements, mais cette entrée en matière à la mode jeu vidéo m’a quelque peu déstabilisée. L’espace d’un instant, j’ai perdu tous mes repères et j’avoue que je me suis dit : mais qu’est-ce qu’elle me fait ?

Je vais donc passer sur l’épisode de l’Arène des Justes auquel je n’ai pas tellement accroché, autant être honnête, pour passer directement à la suite, beaucoup plus conforme à ce que j’attendais. Je suis tombée sous le charme de la ville de Canberra et de ses intrigues politico-religieuses. Cet aspect du récit, à peine évoqué dans la saison une, prend ici une autre dimension qui me plaît beaucoup. Lara semble avoir échappé à une prison pour se retrouver derrière les barreaux d’une autre, des barreaux beaucoup plus insidieux, ceux de la religion.

J’ai adoré détesté le Diacre Michael, je me suis fait un sang d’encre pour Renaud, je suis tombée des nues en faisant connaissance avec Kilian - ben oui, il paraît qu’il est mentionné en fin de saison une, mais depuis le temps, j’avoue que je l’avais complètement zappé -, et je ne vous parle même pas de la belle surprise que nous réserve Cécile à propos de Lara parce que ce serait spoiler ! Bref, un épisode plein de rebondissements qui commence cette deuxième saison sur les chapeaux de roues. Les ennuis sont loin d’être terminés dans ce nouvel univers dont on ne fait que deviner les enjeux.

Une belle introduction qui laisse présager d'une saison deux complètement à la hauteur de la première. Je craignais une certaine nostalgie de Bagne, mais les surprises de Cécile risquent bien de compenser et en tous cas, j’ai bien hâte de découvrir ce que la Terre nous réserve.

Note : ★★★★☆

Plus d'informations

Les Foulards Rouges, S02E01 : Not just a pretty face, de Cécile Duquenne
Editions Bragelonne (2015) - 72 pages - Support numérique - Feuilletons littéraires

Récemment évadés de Bagne, la planète-prison désertique, Lara, Renaud et une poignée de Foulards Rouges ont atterri dans les eaux de la planète Bleue... Il est temps pour eux de plonger au cœur de ses intrigues politiques, celles-là même qui ont fait d’eux des criminels, et désormais des fugitifs. Lorsque Lara se réveille, elle est d’abord surprise de ne pas s’être noyée. Mais son soulagement est de courte durée, étant donné qu’on l’envoie dans l’Arène des Justes... Qui, des puissants partis politiques qui s’affrontent sur Terre, est à l’origine de cette nouvelle épreuve ? Quelle que soit la réponse à cette question, Lara saura affronter dignement ce qui l’attend – car pour la Foulard Rouge, il ne s’agit là, une fois de plus, que de défendre chèrement sa vie.

Site de l'auteur : https://cecileduquenne.com/

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire