vendredi 15 décembre 2017

Les Sempiternels, de Aude Réco


Steampunk ? Vous avez dit Steampunk ? Où ça ? Où ça ? Bougez pas, j’arrive !

Telle fut ma rencontre avec Les Sempiternels, d’Aude Réco, lorsqu'au détour d’un tweet, j’ai aperçu une couverture qui a doucement fait tilt dans ma petite tête. Forcément, j’ai cherché à en savoir plus et c’est à ce moment-là que j’ai découvert cette novella à paraître aux éditions Walrus le 24 décembre prochain. Pile pour Noël ! Deux héroïnes badass, un aéronef en perdition, des flingues, les créatures mécaniques d’un inventeur fou… Impossible de résister. D’autant plus que la maison d’édition m’en a envoyé un exemplaire en service de presse, je n’avais donc aucune excuse !

C’est bien joli ton anecdote à deux balles, mais de quoi ça parle ? D’une baronne, figurez-vous ! Une jeune femme de bonne famille éprise d’aventure et de liberté. Lorsqu’on fait sa connaissance à bord du Vagabond, son aéronef, et en compagnie de Majidah, sa domestique, Alexandra est en chasse. Elle court après une ville volante dont on a détaché les amarres. Mais alors qu’elles sont sur le point de l’aborder au-dessus de Pue-la-Mort, un cimetière de créatures mécaniques, une explosion précipite l’aéronef au sol. C’est là que les deux jeunes femmes vont découvrir que les Sempis sont loin d’être endormis…

Bon, si vous aimez les sagas en douze tomes et les univers denses et mûrement réfléchis, passez votre chemin. Les Sempiternels, c’est une histoire courte, intense et pleine d’humour. On rentre tout de suite dans le vif du sujet et avec un texte aussi court, c’était nécessaire. Alexandra est une héroïne hors normes, elle ne craint que l’ennui, jure comme un charretier et ce ne sont pas les scrupules qui l’étouffent. Majidah et elle se sont d’ailleurs bien trouvées, puisque la domestique est peu ou prou de la même trempe. L’intrigue est menée tambour battant, avec de l’action à gogo, des rebondissements et des retournements de situation. Bref, tout y est pour faire de cette novella une petite pépite.

L’écriture est nerveuse, dynamique, peut-être un peu trop d’ailleurs. Parce qu’au final, la seule chose qu’il manque à cette histoire, ce sont juste quelques dizaines de pages supplémentaires. On est tellement pris dans le récit qu’on aurait aimé y passer davantage de temps, obtenir des détails et des explications sur tout un tas de choses. Et quand la dernière page se tourne et que le goût du trop peu nous explose en bouche, on se dit qu’elle aurait pu faire un effort quand même, dame Aude ! Surtout que la fin est un peu abrupte. Alors pas le roman du siècle, mais un vrai bon moment de lecture, léger et plein de pep’s, dans un univers plein de mystère en compagnie de deux héroïnes qui décapent. A découvrir.

Note : ★★★★☆

Plus d'informations

Les Sempiternels, de Aude Réco
Walrus (2017) - 116 pages - Support numérique - Science-fiction

Depuis la dernière guerre, on croyait les Sempiternels endormis : ces créatures mécaniques, douées d’une âme et d’un cœur, reposaient inertes et loin des hommes dans le désert de Pue-la-Mort. Mais les Sempiternels n’ont pas dit leur dernier mot, et l’heure du réveil a sonné. C’est en tout cas ce dont la baronne Alexandra Milael Noble est persuadée. Car Alex n’est pas le genre de baronne à user les fauteuils des salons : pour elle, l’aventure et le risque sont une seconde nature. Épaulée par Majidah, sa domestique qui depuis le temps n’en est plus vraiment une, la quadrilleuse enchaîne les missions dangereuses pour le compte des autorités à bord du Vagabond, son aéronef. Mais un abordage périlleux précipite l’appareil sur Pue-la-Mort et confronte la baronne à une révélation terrible. Alex en est persuadée : les Sempis préparent une nouvelle attaque.

Site de l'auteur : https://audereco.com/

mercredi 13 décembre 2017

Le testament de Jessie Lamb, de Jane Rogers


Le testament de Jessie Lamb, de Jane Rogers, est un roman que je n’ai pas choisi mais que j’ai reçu dans la seule et unique Kube que j’ai commandée. Un roman de science-fiction sélectionné par un libraire à partir de mes lectures passées et de mes envies de l’époque. Je dois bien avouer qu’il ne me faisait pas très envie et que j’ai mis longtemps à me décider à plonger dedans, mais ça a finalement été une plutôt bonne surprise. On en parle ?

C’est l’histoire de Jessie, jeune fille de seize ans qui vit dans un monde condamné, où les femmes enceintes meurent au début de leur grossesse, suite à la propagation d’un virus mis au point par des terroristes : le SMM. L’humanité est donc menacée à très court terme et Jessie s’interroge. Sur la vie en général, la société de consommation et l’épuisement de nos ressources naturelles, mais aussi sur sa vie à elle et ce qu’elle veut en faire dans ce contexte si particulier. Comme tous les ados de son âge, elle passe par différentes phases, elle prend parti, hésite, tergiverse, affirme, grandit en un seul mot.

L’intrigue est habilement construite. Lorsqu’on fait sa connaissance au début du roman, Jessie est emprisonnée dans une chambre par son père et l’auteur utilise des flashbacks pour nous exposer ce qui les a menés là. Ne vous attendez pas à un récit débordant d’action, Le testament de Jessie Lamb relève beaucoup plus de la psychologie des personnages, et pas seulement de Jessie d’ailleurs. En tant que maman, j’ai particulière apprécié d’avoir une vision de la réaction de ses parents à sa décision si radicale. Eux aussi sonnent tellement vrais !

Un roman qui, par son contexte de fin du monde, m’a beaucoup fait penser à L’âge des miracles, mais autant j’avais eu du mal avec la Julia de Karen Thompson Walker, autant j’ai trouvé la Jessie de Jane Rogers cohérente et crédible. On la voit passer de l’indifférence à l’engagement, prendre position, afficher ses doutes, effacer son individualité au profit du collectif. Un cheminement très bien décrit, au cours duquel l’auteur nous expose différents points de vue : celui des féministes, des religieux, des scientifiques. Tout le monde a son mot à dire et au milieu de tout ça, notre ado tente de se frayer un chemin.

Un roman d’une belle sensibilité, à la thématique très actuelle. Une histoire de courage et d’idéalisme mais pas seulement, il est parfois juste question de trouver un sens à sa vie et de s’y accrocher envers et contre tout. Une jolie découverte à laquelle je ne m’attendais vraiment pas !

Note : ★★★★☆

Plus d'informations

Le testament de Jessie Lamb, de Jane Rogers
Folio (2015) - 368 pages - Support papier - Science-fiction

Jessie Lamb a seize ans, des parents qui passent leur temps à se disputer, une tante célibataire déjantée, des amis, des flirts, des rêves. Une adolescente normale, en somme. Sauf qu'elle n'évolue pas dans un monde « normal ». Depuis que des bioterroristes ont propagé le virus du SMM, les femmes enceintes meurent toutes en couche. Par conséquent, l'humanité est menacée d'extinction. Alors que tout son univers familier et rassurant s'effrite, Jessie, qui jusque-là ne se sentait que très peu concernée par les problèmes du monde, prend conscience de son pouvoir de changer le cours de l'histoire. Allant à l'encontre de l'avis de ses parents, elle se porte volontaire pour devenir une « Sleeping Beauty », comme on surnomme celles qui acceptent de se sacrifier pour donner la vie en participant à un programme scientifique.

lundi 11 décembre 2017

L'appel du néant, de Maxime Chattam


L’appel du néant est le troisième volet des aventures de Ludivine Vancker, après l’excellent La conjuration primitive et le décevant La patience du diable. Si j’avais adoré le premier, le deuxième m’avait laissé un sentiment plus mitigé car trop redondant, trop prévisible. Alors forcément, avec ce troisième tome, j’attendais l’auteur au tournant. J’avais peur. Peur d’être encore une fois déçue, ce qui m’a fait repousser de quelques semaines la lecture de cet ouvrage pourtant dans ma PAL dès sa sortie. Peur du sujet également, le terrorisme, Maxime Chattam n’ayant jamais caché ses difficultés à venir à bout de ce roman.

Un roman malheureusement dans l’air du temps donc, puisqu’on y retrouve notre gendarme aux prises avec une cellule terroriste. Tout commence pourtant comme une enquête assez classique pour ne pas dire banale. Un cadavre est retrouvé en piètre état sur des rails et il s’avère bien vite que la SR a à nouveau à faire à un tueur en série. Curieusement pourtant, un agent de la DGSI se joint bientôt à l’équipe pour mener les investigations. Il est chargé d’éliminer la possibilité qu’il y ait un lien entre ce meurtre et les agissements d’une cellule terroriste sur notre territoire. L’auteur nous plonge ainsi, en même temps que Ludivine et ses compagnons, au cœur d’une formidable enquête mêlant radicalisation, manipulation et sécurité intérieure.

J’appréhendais de retrouver Ludivine, il faut bien le dire. Elle m’avait tellement tapé sur les nerfs dans La patience du diable, à force de toujours foncer dans le tas sans réfléchir aux conséquences comme une ado de quatorze ans ! Mais il faut croire que de survivre à deux enquêtes plus que périlleuses lui aura mis un peu de plomb dans le crâne, puisqu’on la retrouve avec une humilité flambant neuve et surtout un état d’esprit positif qui fait plaisir à lire et la sort du cliché de l’enquêtrice torturée et geignarde. Malheureusement, il semble que son créateur ait décidé de ne rien lui épargner, puisqu’elle va encore se retrouver en fâcheuse posture, mais ceci est une autre histoire. En tous cas, c’est un personnage que j’ai apprécié, tout comme ses compagnons de la SR et Marc le petit nouveau au tempérament si complexe.

Du côté de l’intrigue, on colle à l’actualité, avec des mentions aux événements de Charlie Hebdo et du Bataclan. L’auteur a fait de nombreuses recherches pour nous proposer une intrigue qui tient vraiment debout et se rapproche au maximum de la réalité. Les méthodes d’investigation de la gendarmerie, les progrès technologiques, la collaboration entre tous les services de police et de renseignement, tout est décortiqué et donne davantage de substance à l’ensemble. C’est passionnant ! Mon seul bémol concerne la manière dont la section de recherche est embarquée dans cette enquête : j’ai du mal à imaginer qu’un tueur en série, solitaire par excellence, mené par ses pulsions, puisse accepter de tuer sur demande pour une cellule terroriste !

Mais en dehors de ça, j’ai passé un très agréable moment de lecture, malgré un sujet difficile. L’intrigue est bien menée, les personnages attachants, et la plume passionnante. Un roman qui ne plaira peut-être pas à tous, mais que j’ai quant à moi beaucoup aimé.

Note : ★★★★★

Plus d'informations

L'appel du néant, de Maxime Chattam
Albin Michel (2017) - 528 pages - Support numérique - Thrillers & Polars

Ludivine Vancker et ses collègues de la section de recherches de Paris enquêtent sur un tueur insaisissable dont les traces ne permettent pas son identification. Lorsque les services secrets français décident de participer à la résolution de l'affaire, les mots tueur en série et terrorisme sont associés.

Site de l'auteur : http://www.maximechattam.com/blog/

Challenge Lectures en séries 2018


En 2018, l'Imag'In Café vous propose de reprendre un challenge auquel nous nous étions déjà confrontés il y a quelques années : celui d'avancer dans un maximum de nos sagas en cours, plutôt que d'en commencer de nouvelles. Pas si simple, quand on sait que nombre de nouveautés littéraires sont des premiers tomes !

Intitulé Lectures en séries, ce challenge est un défi individuel destiné à vous aider, la triche n'a donc absolument aucun intérêt. Les règles sont basiques, mais elles nécessitent que vous jouiez le jeu avec honnêteté. Ainsi, nous vous proposons de gagner ou de perdre des points à chaque avancée :

- Vous lisez le premier tome d'une saga, vous perdez 10 points.
- Vous lisez un autre tome, autre que le premier ou le dernier (paru), vous gagnez 5 points.
- Vous lisez le dernier tome (paru) d'une saga, vous gagnez 15 points.

Comme d'habitude, les chroniques ne sont pas obligatoires (bien qu'appréciées), mais nous vous demanderons une petite review d'au moins 5 lignes. Les points seront cumulés au fur et à mesure, vous permettant de gagner ou perdre des badges toutes les tranches de 25 points.

Ce challenge se déroulera du 1er Janvier au 31 Décembre 2018 sur le forum. Pas de date limite d'inscription, mais plus vous vous inscrirez tard, moins vous aurez de temps pour avancer, cela va de soi.

En vous espérant nombreux à nous accompagner dans ce challenge...


Pour plus d'informations

MON AVANCEMENT en date du 01/01/2018

- Lecture n° 1 : A venir !


samedi 9 décembre 2017

Eternicide, de Saïd


Ma pile à lire est sur le point de franchir un nouveau cap, elle menace d’exploser à tout instant et pourtant je continue à arpenter le net à la recherche de textes gratuitement mis à disposition par leurs auteurs. On entend parfois dire que la culture coûte cher et qu’elle n’est pas à la portée de tous. C’est en partie vrai, il ne faut pas se leurrer, mais dans le domaine du numérique, le gratuit existe aussi et on y fait même de belles découvertes.

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler d’Eternicide, un petit texte plutôt sympathique que j’ai trouvé sur le store Kobo. L’auteur s’appelle Saïd et j’ai découvert une interview de lui sur l’Indé Panda, un magazine gratuit créé par des auteurs indépendants. Nouvelliste de cœur, il écrit le plus souvent dans le registre de la science-fiction au sens large, celle qui remet en cause notre réalité et notre vision de l’existence. Eternicide s’inscrit dans cette dynamique. L’histoire se passe dans un monde où il est possible de s’éterniser, c’est-à-dire de faire cesser net sa vie à l’instant le plus heureux de son existence, celui dont on aimerait qu’il dure toujours. On plonge alors dans une sorte de coma euphorique qui peut durer indéfiniment, tant que le corps est artificiellement maintenu en vie.

On suit Jessé, un jeune homme dont les parents ont fait ce choix. Un jour, considérant qu’ils ont atteint le summum de ce que la vie avait à leur offrir, ils ont appuyé ensemble sur le bouton, et se sont “petit-suicidés”. Un choix égoïste s’il en est car en le faisant, ils ont abandonné leur fils mais ils lui ont aussi laissé la charge de leurs enveloppes terrestres. Et Jessé leur en veut terriblement pour ça. On fait sa connaissance au moment où une loi l’autorisant à mettre fin à ce simulacre de vie vient de passer. Il a une lourde décision à prendre et l’auteur nous la fait toucher du doigt en quelques pages à peine.

Car c’est à ce moment-là que Jessé fait la connaissance d’Enid, une jeune femme dont les propres parents sont dans le coma mais pas par choix, suite à un accident. Tous deux sont confrontés au même dilemme, car Enid n’a pas les moyens de continuer à payer pour maintenir ses parents en vie. Deux situations bien différentes, une même décision à prendre. La boucle est bouclée lorsque nos deux tourtereaux se découvrent des sentiments l’un pour l’autre et atteignent une plénitude qui les fait eux-mêmes s’interroger sur la possibilité de s’éterniser.

C’est une nouvelle très courte mais habilement menée. La plume de l’auteur est fluide et il réussit en quelques phrases à nous faire comprendre tous les enjeux de son récit. Un moment de lecture plaisant, qui m’a donné envie de découvrir les écrits de Saïd plus avant.

Note : ★★★★☆

Plus d'informations

Eternicide, de Saïd
Auto-édition (2016) - 18 pages - Support numérique - Science-fiction

Dans la vie, Jessé a tout gagné… ou presque. Les affaires l’ont rendu solitaire, et ses parents ont préféré s’éterniser : perdre connaissance en figeant leur cerveau dans le bonheur pour l’éternité. Arrivé au sommet, que choisira-t-il ? Vivre chaque jour en attendant sa chute, ou garder le bonheur éternel en écourtant son existence consciente d’une simple pression de bouton ? Sa rencontre avec Enid précipitera-t-elle sa décision ?

Site de l'auteur : http://www.saidwords.org/